Donald Tusk, président du Conseil européen

À la une

Suivez Donald Tusk sur:

Rapport au Parlement européen, le 18 janvier 2017

Le président Donald Tusk a présenté au Parlement européen les principaux résultats du Conseil européen de décembre. Il a commencé par féliciter Antonio Tajani pour son élection en tant que président du Parlement européen et s'est dit convaincu que l'ensemble des membres du Parlement et lui-même relèveront les défis qui se présenteront en 2017.

"L'année dernière, nous sommes parvenus à accomplir des progrès dans les domaines des migrations, de la sécurité et de l'économie malgré les difficultés sans précédent que nous avons rencontrées", a-t-il déclaré.

En ce qui concerne les migrations, le Conseil européen s'est penché sur la mise en œuvre de la déclaration UE-Turquie et a évalué les progrès réalisés concernant les pactes signés avec les pays africains choisis.

"L'année dernière, 180 000 migrants sont arrivés en Italie de manière irrégulière. Une telle situation ne saurait perdurer", a affirmé M. Tusk. "C'est pourquoi la Libye et notre approche vis-à-vis de la route de la Méditerranée centrale seront les principaux points à l'ordre du jour du prochain sommet informel, qui se tiendra à Malte", a-t-il ajouté.

En ce qui concerne l'Ukraine, le Conseil européen a adopté une décision des dirigeants juridiquement contraignante en vue de faciliter la ratification de l'accord d'association par les Pays-Bas. Étant donné que la Russie n'a toujours pas mis en œuvre les accords de Minsk, la chancelière Merkel et le président Hollande ont recommandé que les sanctions soient prolongées. Elles s'appliquent désormais pour six mois supplémentaires.

Le Conseil européen a également abordé les questions de sécurité, notamment le renforcement de la coopération entre l'UE et l'OTAN. "Les pays européens devraient redoubler d'efforts pour contrer les menaces immédiates pesant sur la sécurité auxquelles sont exposés nos citoyens, et l'Union européenne devrait faire de même", selon M. Tusk.

Les dirigeants ont également discuté de plusieurs initiatives permettant de mettre l'économie européenne au service de tous. "Les données statistiques montrent des progrès, mais le plus important est que les gens ordinaires et les entreprises aient confiance en l'avenir", a-t-il estimé. "C'est pourquoi le Fonds européen pour les investissements stratégiques sera étendu, nos instruments de défense commerciale modernisés et la garantie pour la jeunesse prolongée".

Enfin, le président Tusk a communiqué au Parlement européen des informations sur la réunion informelle des 27 dirigeants qui s'est tenue en marge du Conseil européen. "Nous sommes parvenus à un accord sur des règles de procédure et avons réaffirmé les principes qui sont les nôtres, à savoir l'indivisibilité des quatre libertés, l'équilibre entre droits et obligations et la règle selon laquelle il ne saurait y avoir de négociations sans notification" a indiqué M. Tusk.

Il a clos son intervention en accueillant avec satisfaction le discours sur le Brexit prononcé le 17 janvier par Mme May, qui "montre que la position commune de 27 États membres quant à l'indivisibilité du marché unique a finalement été comprise et acceptée par Londres", a-t-il observé. "Nous avons pris note des propos encourageants et équilibrés de Mme May en ce qui concerne l'intégration européenne, qui se rapprochaient bien plus de la rhétorique de Winston Churchill que de celle du président élu américain, Donald Trump" a-t-il conclu.

Visite à Malte, 11 janvier 2017

Donald Tusk, président du Conseil européen, s'est rendu à Malte pour assister à la cérémonie d'ouverture de la présidence maltaise du Conseil de l'UE. C'est la première fois que Malte exerce la présidence de l'UE.

Dans son intervention lors de la cérémonie; Donald Tusk a souligné que la présidence maltaise intervenait à un moment exceptionnel, riche de nouveaux défis et de bouleversements dramatiques. "Au cours de ces six mois, nous commémorerons à Rome le soixantième anniversaire du traité et la procédure pour le Brexit sera officiellement lancée. Le printemps constituera également une épreuve difficile pour l'ensemble de l'UE en ce qui concerne les migrations, en particulier sur la route de la Méditerranée centrale", a-t-il déclaré.

Donald Tusk a souligné que, face à une telle succession d'évènements, l'équipe dirigeante devrait faire preuve de compétence, d'expérience et de doigté. Il a également évoqué le patrimoine culturel de Malte et l'histoire du pays.

"Nous avons de la chance que ce rôle difficile revienne à Malte. Peu de pays ont une meilleure compréhension des Italiens, qui accueilleront les célébrations de Rome, et peu de pays ont une meilleure compréhension des Britanniques dont nous allons commencer à nous séparer", a-t-il dit. "Enfin, peu de pays ont une meilleure compréhension de la nature profonde de la tragédie migratoire en Méditerranée", a-t-il ajouté.

Avant la cérémonie, Donald Tusk a eu une rencontre bilatérale avec le Premier ministre maltais Joseph Muscat.

Malte exercera la présidence du Conseil jusqu'au 30 juin 2017 et sera suivie par l'Estonie.

Depuis le 1er décembre 2014, Donald Tusk dirige le Conseil européen, l'institution qui fixe les orientations et les priorités politiques de l'UE. Il est chargé de préparer et de présider les réunions de cette institution. Il assure également, à son niveau, la représentation extérieure de l'Union dans le cadre de la politique étrangère et de sécurité commune de l'UE.

Le contenu s'affiche en langue originale lorsque la traduction n'est pas disponible