Nous recourons aux cookies (ou témoins de connexion) afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible sur notre site web. Découvrez comment nous utilisons les cookies et comment vous pouvez modifier vos paramètres.

Donald Tusk, président du Conseil européen

À la une

Suivez Donald Tusk sur:

Conseil européen, 28 et 29 juin 2016

Mercredi, les 27 chefs d'État ou de gouvernement se sont réunis de manière informelle pour discuter des conséquences politiques et pratiques du "Brexit". Ils ont aussi engagé un débat sur l'avenir de l'Union européenne à vingt-sept États membres.

"Il y a sans conteste un élément qui est ressorti clairement de notre débat. Les dirigeants sont absolument déterminés à demeurer unis et à coopérer étroitement à 27" a déclaré le président Tusk après la réunion.

Les dirigeants ont confirmé une nouvelle fois que le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne devait se faire de manière ordonnée. "Il n'y aura aucune négociation d'aucune sorte tant que le Royaume-Uni n'a pas notifié officiellement son intention de se retirer de l'UE" a assuré le président Tusk. Il a également exprimé l'espoir que le Royaume-Uni soit un partenaire proche de l'Union à l'avenir.

Les 27 chefs d'État ou de gouvernement se réuniront à nouveau le 16 septembre 2016 à Bratislava pour poursuivre les discussions.

Le Conseil européen du 28 juin s'est concentré sur les conséquences politiques du référendum qui a eu lieu au Royaume-Uni. Le Premier ministre David Cameron a fait le point de la situation du pays après le vote et s'est engagé à ce que la décision d'appliquer l'article 50 du traité sur l'Union européenne soit prise par la nouvelle équipe dirigeante au Royaume‑Uni.

"Les dirigeants comprennent qu'il faut maintenant un peu de temps pour que la tension retombe au Royaume-Uni. Mais ils attendent également du gouvernement britannique qu'il précise ses intentions dès que possible", a déclaré le président Tusk lors de la conférence de presse tenue à l'issue de la réunion.

Les dirigeants ont aussi examiné d'autres questions urgentes: la réponse à apporter à la crise migratoire, l'approfondissement du marché unique afin de stimuler la croissance et l'emploi, et le renforcement de la sécurité de l'UE par une coopération plus étroite avec l'OTAN.

Lors de la conférence de presse tenue à l'issue de la réunion, le président Tusk a en outre présenté ses condoléances aux familles des victimes de l'attentat perpétré à l'aéroport international Atatürk d'Istanbul.

Déclaration du président du Conseil européen concernant le résultat du référendum au Royaume‑Uni, 24 juin 2016

"Nous sommes prêts à affronter ce scénario négatif. Il n'y aura pas de vide juridique", a déclaré le président Donald Tusk après les résultats officiels du référendum au Royaume‑Uni.

"Au nom des 27 dirigeants, je peux dire que nous sommes déterminés à rester unis à 27", a‑t‑il souligné.

Enfin, il a proposé une réunion informelle des 27 dirigeants en marge du sommet du Conseil européen des 28 et 29 juillet, en vue d'entamer une réflexion plus large sur l'avenir de l'Union.

Depuis le 1er décembre 2014, Donald Tusk dirige le Conseil européen, l'institution qui fixe les orientations et les priorités politiques de l'UE. Il est chargé de préparer et de présider les réunions de cette institution. Il assure également, à son niveau, la représentation extérieure de l'Union dans le cadre de la politique étrangère et de sécurité commune de l'UE.

Le contenu s'affiche en langue originale lorsque la traduction n'est pas disponible