Nous recourons aux cookies (ou témoins de connexion) afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible sur notre site web. Découvrez comment nous utilisons les cookies et comment vous pouvez modifier vos paramètres.

Donald Tusk, président du Conseil européen

À la une

Suivez Donald Tusk sur:

Sommet du dialogue Europe-Asie (ASEM), les 15 et 16 juillet

Le président Donald Tusk a assisté au 11e sommet du dialogue Europe-Asie (ASEM) à Oulan-Bator, en Mongolie. Il a représenté l'Union européenne, conjointement avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et la haute représentante, Federica Mogherini.

Lors de la cérémonie d'ouverture, les dirigeants ont exprimé leur solidarité à la suite de l'attentat perpétré à Nice le jour de la fête nationale française. "Aujourd'hui, nous sommes tous unis, Europe et Asie, aux côtés des Français et de leur gouvernement. Nous condamnons cette tragédie et poursuivons notre combat contre la violence extrémiste et la haine", a déclaré le président Tusk lors de son intervention.

Les dirigeants ont aussi fait le point sur la situation en Turquie à la suite de la tentative de coup d'État militaire. "L'UE soutient sans réserve le gouvernement démocratiquement élu, les institutions du pays et l'État de droit. Nous lançons un appel pour un retour rapide à l'ordre constitutionnel en Turquie", a indiqué le président Tusk.

Les débats qui se sont tenus à l'occasion du sommet ont été axés sur le thème "L'ASEM a 20 ans: un partenariat pour l'avenir grâce à la connectivité".

Les dirigeants ont aussi débattu de questions se posant à l'échelle mondiale, notamment le changement climatique, le développement durable, la gouvernance mondiale, le terrorisme et la crise migratoire et des réfugiés. "Le dialogue et un engagement fort en faveur d'un ordre international fondé sur des règles sont nécessaires. Des règles communes et prévisibles rendent les États plus sûrs, les personnes plus libres et encouragent les entreprises à investir avec davantage de confiance", a déclaré le président Tusk.

En marge du sommet de l'ASEM, le président Tusk s'est entretenu avec le Premier ministre de Singapour, Lee Hsien Loong, pour discuter du terrorisme et de la coopération régionale. Il a aussi rencontré la présidente de la Corée du Sud, Park Geun-hye, pour discuter des relations bilatérales, du commerce et de la Corée du Nord.

Le président Tusk s'est aussi entretenu avec le Premier ministre japonais, Shinzo Abe. Ils ont condamné les attentats perpétrés à Nice et à Dacca et ils ont réaffirmé leur volonté de travailler ensemble pour lutter contre le terrorisme. Concernant l'accord de libre-échange avec le Japon, le président Tusk a réaffirmé que l'UE était déterminée à conclure l'accord d'ici la fin de l'année.

Sommet UE-Chine, 12 et 13 juillet

Le 18e sommet bilatéral entre l'UE et la Chine s'est tenu à Pékin les 12 et 13 juillet . Le président du Conseil européen, Donald Tusk, y a représenté l'UE conjointement avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. La Chine était représentée par son Premier ministre, Li Keqiang.

Lors du sommet, les dirigeants ont discuté des défis communs, notamment la protection de l'ordre international fondé sur un ensemble de règles. "Un ordre mondial fondé sur des règles communes est dans notre intérêt à tous, mais nous avons de toute évidence des points de vue différents sur ce que cela signifie en pratique", a déclaré le président Tusk lors de la conférence de presse qui a suivi le sommet.

Les dirigeants ont réalisé des avancées en ce qui concerne le partenariat stratégique entre l'UE et la Chine. Ils ont fourni des orientations politiques en vue de parvenir à un accord global sur les investissements et ont signé une feuille de route pour l'énergie. Les dirigeants sont également convenus d'organiser un nouveau cycle du dialogue sur les droits de l'homme entre l'UE et la Chine, avant la fin de l'année à Bruxelles. "Nous avons sans aucun doute des désaccords sur cette question. Mais je me félicite de ce que la Chine soit prête à dialoguer", a indiqué le président Tusk.

Avant le sommet du G20, qui se tiendra en Chine en septembre, les dirigeants sont convenus de s'attaquer à la crise migratoire au niveau mondial. L'UE se réjouit à la perspective de travailler en étroite coopération avec la Chine sur des priorités de politique étrangère, comme la Syrie, l'Iraq, l'Afghanistan ou l'Afrique. Il en va de même des questions d'intérêt mondial telles que l'aide au développement ou les changements climatiques.

Le prochain sommet UE-Chine aura lieu l'année prochaine à Bruxelles.

Depuis le 1er décembre 2014, Donald Tusk dirige le Conseil européen, l'institution qui fixe les orientations et les priorités politiques de l'UE. Il est chargé de préparer et de présider les réunions de cette institution. Il assure également, à son niveau, la représentation extérieure de l'Union dans le cadre de la politique étrangère et de sécurité commune de l'UE.

Le contenu s'affiche en langue originale lorsque la traduction n'est pas disponible