Conseil “Agriculture et pêche”, 09/10/2017

Conseil de l'UE

Principaux résultats

Pêche

Le Conseil est parvenu à un accord politique sur les possibilités de pêche pour 2018 en mer Baltique.

Après une journée de négociations, les ministres ont trouvé un accord sur la quantité maximale de poissons que les pêcheurs de l'UE seront autorisés à prélever l'année prochaine sur les dix principaux stocks commerciaux de la mer Baltique, quantité également appelée "total admissible des captures" (TAC).

"Fixer les possibilités de pêche, c'est tenter de résoudre la quadrature du cercle. Nous y sommes parvenus dans le plein respect des objectifs de la politique commune de la pêche, des dispositions du plan pour la mer Baltique et des avis scientifiques. Dans l'accord final, viabilité économique et viabilité environnementale vont de pair."

Siim Kiisler, ministre de l'environnement de la République d'Estonie et président du Conseil

Les ministres ont également procédé à un échange de vues sur la position à prendre par l'UE lors des consultations annuelles entre l'UE et la Norvège dans le cadre de leur accord bilatéral sur la pêche, et lors de la réunion annuelle de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (CICTA), qui se tiendra du 14 au 21 novembre 2017 au Maroc.

Agriculture

La Commission a informé le Conseil de l'évolution récente de la situation sur les marchés agricoles les plus importants. Les ministres ont largement approuvé l'évaluation de la Commission selon laquelle les marchés se redressent, mais ils ont également réaffirmé la nécessité de suivre de près l'évolution future de la situation liée, entre autres, à la fin des quotas sucriers de l'UE, aux conditions climatiques difficiles dans plusieurs États membres et à la peste porcine africaine. Au cours de ce débat, les ministres ont également eu l'occasion de recevoir des informations sur l'accord de libre-échange avec le Mercosur.

Le Conseil a ensuite procédé à un échange de vues sur le rôle joué par l'agriculture dans la mise en œuvre du programme de développement durable à l'horizon 2030 et sur les répercussions que celui-ci est susceptible d'avoir sur l'agriculture de l'UE, notamment dans la perspective de la future politique agricole commune.
Au cours du débat qui a suivi, les ministres sont généralement convenus que l'agriculture joue un rôle central pour atteindre un certain nombre d'objectifs de développement durable et que ses instruments politiques devront encore être améliorés à l'avenir, à la fois pour réaliser ces objectifs et pour relever les nouveaux défis liés à la sécurité alimentaire et au changement climatique.

"L'agriculture peut contribuer de manière décisive à générer une croissance durable et inclusive, en créant des emplois dans le secteur agroalimentaire et en assurant une gestion durable des ressources naturelles."

Tarmo Tamm, ministre de la ruralité de la République d'Estonie et président du Conseil

Autres points à l'ordre du jour

Les ministres ont reçu des informations sur un certain nombre d'autres questions, dont la suite donnée à la crise des œufs contaminés au fipronil, le financement de l'organe de coordination sur les utilisations mineures de l'UE, les procédures antisubventions et antidumping engagées par les États-Unis contre les olives noires de table en provenance d'Espagne, les chaînes d'approvisionnement durables et sans déforestation et l'état de la mise en œuvre du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche.

Informations sur la réunion

  • Session n°3562
  • Luxembourg
  • 09/10/2017

Documents préparatoires

Documents finaux

Note aux rédactions

Contacts avec la presse

Attachée de presse
+32 22812146
+32 470880402

Si vous n'êtes pas journaliste, veuillez adresser votre demande au service Information au public.

Pages thématiques: