Nous recourons aux cookies (ou témoins de connexion) afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible sur notre site web. Découvrez comment nous utilisons les cookies et comment vous pouvez modifier vos paramètres.

Eurogroupe, 11/02/2016

Eurogroupe
  • Eurogroupe
  • 11/02/2016
  • 15:00
  • Bruxelles
  • Présidé par Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe

Principaux résultats

Informations sur la session

Situation économique dans la zone euro

L'Eurogroupe a procédé à un échange de vues sur la situation économique dans la zone euro, sur la base de la présentation, par la Commission européenne, de ses prévisions économiques de l'hiver 2016.

Selon ces prévisions, la reprise économique dans la zone euro devrait se poursuivre, avec une hausse prévue du PIB de 1,7 % en 2016 et de 1,9 % en 2017. 

Le taux de chômage devrait baisser de 11 % en 2015 à 10,5 % en 2016 et à 10,2 % en 2017. 

Selon les prévisions, le faible niveau des prix du pétrole, le taux de change actuel de l'euro ainsi que les faibles taux d'intérêt figurent au nombre des principaux facteurs de reprise. Toutefois, les prévisions indiquent également que l'économie doit faire face aux turbulences et aux risques découlant du ralentissement de la croissance dans les économies émergentes. 

Les ministres ont largement souscrit à l'analyse de la Commission européenne et ont réaffirmé que, dans le contexte actuel de volatilité du marché, il est particulièrement important de mettre en œuvre les règles arrêtées dans le cadre de gouvernance budgétaire, économique et financière de l'UE. 

Discussion thématique: la qualité des dépenses publiques dans la zone euro

Les ministres sont convenus qu'il est important d'améliorer l'efficacité des dépenses publiques pour renforcer le potentiel de croissance économique de la zone euro. 

Ils ont décidé d'examiner plus en détail certains domaines de dépenses. Lors de ses prochaines réunions, l'Eurogroupe accordera une attention particulière aux dépenses d'investissement et de soins de santé et aux dépenses liées au vieillissement.

Les discussions s'appuyaient sur une étude menée par la Commission européenne, qui visait à évaluer la composition, l'efficacité et l'efficience des dépenses publiques des États membres de la zone euro dans des domaines tels que l'éducation, les soins de santé et la recherche et développement.

Rôle international de l'euro

L'Eurogroupe a procédé à un échange de vues sur l'étude relative au rôle international de l'euro, que la Commission européenne a réalisée à la demande de l'Eurogroupe. 

L'étude montre qu'il n'existe pas d'obstacle systémique à l'utilisation de l'euro dans les transactions internationales. Cependant, pour des raisons historiques, certains secteurs tels que le pétrole ou l'aviation ont traditionnellement recours à des factures en dollars américains.

Les ministres partagent l'avis de la Commission selon lequel la mise en œuvre de politiques macroéconomiques saines et la poursuite du renforcement de l'Union économique et monétaire font partie des principaux facteurs susceptibles d'encourager l'utilisation de l'euro dans les transactions internationales.

Portugal: état du dossier

L'Eurogroupe a discuté de l'avis de la Commission européenne concernant le projet de plan budgétaire du Portugal pour 2016 et a examiné les résultats de la troisième mission de surveillance post-programme. 

La surveillance post-programme sera effectuée jusqu'à ce qu'au moins 75 % de l'aide reçue dans le cadre de ce programme ait été remboursée. 

Selon l'avis de la Commission, le plan budgétaire du Portugal présente un risque de non-conformité avec le pacte de stabilité et de croissance. 

L'Eurogroupe a publié une déclaration dans laquelle il approuve les constatations de la Commission et se félicite de l'engagement pris par le gouvernement portugais d'élaborer, dès à présent, des mesures supplémentaires qui devront être mises en œuvre en cas de besoin pour assurer la conformité de son budget 2016 aux règles prévues par le pacte.

L'Eurogroupe a également été informé par les institutions des principaux résultats de la troisième mission de surveillance post-programme, qui s'est déroulée du 25 janvier au 2 février 2016. 

Le Portugal doit continuer les réformes entamées pendant le programme d'ajustement, afin de relever les défis que constituent notamment la viabilité budgétaire, la compétitivité et la stabilité du secteur financier.

Grèce: état du dossier

L'Eurogroupe a passé en revue l'état d'avancement du premier examen de la mise en œuvre du programme d'ajustement économique de la Grèce, à la suite du déplacement des chefs de mission des institutions de l'UE, qui se sont rendus à Athènes la semaine dernière.

L'Eurogroupe a demandé aux autorités grecques et au personnel de la mission de continuer à coopérer de manière constructive et d'œuvrer à l'achèvement rapide de l'examen, qui porte sur des questions telles que la réforme des retraites, la stratégie budgétaire et la nécessité de rendre le fonds de privatisation opérationnel.

Je pense que cela est d'une importance capitale pour la légitimité de nos travaux.

Jeroen Dijsselbloem 

Transparence

À l'initiative du président de l'Eurogroupe, M. Jeroen Djisselbloem, les ministres ont abordé la question du renforcement de la transparence des activités de l'Eurogroupe. 

L'Eurogroupe s'est accordé à reconnaître qu'il faut davantage de cohérence dans la manière dont les citoyens et les parlements nationaux des États membres sont informés de ses activités.

Les ministres sont convenus, dans un premier temps, de rendre publics les ordres du jours commentés des réunions de l'Eurogroupe ainsi que les comptes rendus des débats. Ils ont chargé le groupe de travail Eurogroupe de continuer à parfaire la mise en œuvre pratique de ces propositions.

Revu pour la dernière fois le 22/02/2016