Conseil européen, 25-26/06/2015

Conseil européen

Le Conseil européen a exprimé ses condoléances à la France, au Koweït et à la Tunisie à la suite des attentats sauvages dont ils ont été victimes le 26 juin 2015, et il les a assurés de sa solidarité.

Les discussions qui se sont tenues lors de la réunion du Conseil européen ont porté principalement sur la Grèce, les migrations, le référendum à venir au Royaume-Uni, la sécurité et la défense et les questions économiques.

Grèce

Le président de l'Eurogroupe a informé les dirigeants de l'UE de l'état des négociations avec la Grèce. Les dirigeants ont renouvelé leur soutien aux travaux des institutions et au processus de négociation en cours. 

Ils attendent de l'Eurogroupe qu'il mène ce processus à bonne fin lors de sa réunion de samedi.

Migrations

Le Conseil européen s'est concentré sur trois volets essentiels qu'il convient de développer en parallèle:

  • la relocalisation/réinstallation pour aider 60 000 personnes
  • le retour/la réadmission/la réintégration
  • la coopération avec les pays d'origine et de transit

En ce qui concerne la relocalisation et la réinstallation des demandeurs d'asile, les dirigeants de l'UE se sont mis d'accord sur la relocalisation, au cours des deux prochaines années, de 40 000 personnes ayant manifestement besoin d'une protection internationale, depuis l'Italie et la Grèce vers d'autres États membres, et sur la réinstallation de 20 000 personnes déplacées ayant manifestement besoin d'une protection internationale.

Le Conseil européen a défini une politique en matière de retour pour les migrants entrés illégalement dans l'UE.

Les dirigeants de l'UE ont également souligné la nécessité d'accélérer les négociations d'accords de réadmission avec les pays d'origine et de transit et sont convenus de renforcer les pouvoirs de l'agence Frontex afin qu'elle aide les migrants en situation irrégulière à rentrer dans leur pays.

Référendum au Royaume-Uni

David Cameron a exposé ses projets concernant un référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'UE. Il s'agissait de la première étape du processus de négociation et le Conseil européen devrait réexaminer la question en décembre.

Sécurité et défense

Le Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, s'est joint aux discussions des dirigeants afin de présenter son point de vue sur le nouvel environnement de sécurité. Les chefs d'État ou de gouvernement ont principalement débattu des défis en matière de sécurité auxquels l'Union européenne est confrontée.

Les dirigeants de l'UE ont demandé l'élaboration d'une stratégie globale de l'UE concernant les questions de politique étrangère et de sécurité, qui sera soumise au Conseil européen d'ici juin 2016. Ils sont aussi convenus que les travaux se poursuivront en vue de conférer à la politique de sécurité et de défense commune davantage d'efficacité et de visibilité et de faire en sorte qu'elle soit plus axée sur l'obtention de résultats.

Questions économiques

Les dirigeants ont clôturé le Semestre européen 2015 en approuvant de manière générale les recommandations par pays.

Ils se sont par ailleurs félicités de l'accord auquel le Parlement européen et le Conseil sont parvenus concernant le Fonds européen pour les investissements stratégiques.

Le Conseil européen a pris note du rapport sur l'Union économique et monétaire rédigé par les présidents de la Commission européenne, du sommet de la zone euro, de l'Eurogroupe et de la Banque centrale européenne dans le cadre d'un mandat qui leur a été confié par le sommet de la zone euro d'octobre 2014. Les dirigeants ont invité le Conseil à examiner le rapport rapidement.

Les dirigeants européens ont apporté leur soutien à la stratégie relative au marché unique numérique, qui a été récemment dévoilée par la Commission, et ils ont déclaré qu'elle devrait être utilisée pour promouvoir une "croissance inclusive" dans toutes les régions de l'UE. Ils ont instamment demandé que des mesures soient prises pour s'attaquer au problème de la fragmentation du marché, mettre en place les infrastructures numériques nécessaires et faciliter le passage des entreprises au numérique.

Le Conseil européen a aussi salué la contribution remarquable de Jacques Delors en faveur de l'unité européenne. Les dirigeants européens ont eu l'immense plaisir de lui décerner le titre de "Citoyen d'honneur de l'Europe".

Le président Tusk a personnellement remercié le Premier ministre Straujuma pour la présidence lettone du Conseil qui a été couronnée de succès et il a déclaré qu'il se réjouissait à la perspective de coopérer avec la nouvelle présidence, exercée par le Luxembourg.

Contexte

Revu pour la dernière fois le 06/08/2015