Sommet de Bruxelles du G7, à Bruxelles, 04-05/06/2014

Conseil européen
  • Conseil européen
  • 04-05/06/2014
  • Bruxelles

Les dirigeants de l'Allemagne, du Canada, des États-Unis, de la France, de l'Italie, du Japon, du Royaume-Uni, le président du Conseil européen et le président de la Commission européenne (dirigeants du G7), se sont réunis à Bruxelles les 4 et 5 juin 2014.

L'Ukraine et les questions de politique internationale au niveau mondial

Le mercredi soir, au cours du dîner, les dirigeants du G7 se sont concentrés sur l'Ukraine, sur leurs relations avec la Russie et sur leur réaction face à la crise. M. Van Rompuy a déclaré: "Depuis le début de la crise en Ukraine, les membres du G7 et l'Union européenne sont restés unis dans leur réaction. Face aux actes d'agression, notre réaction a été non seulement politique, mais aussi économique, sous forme de sanctions."

Ils ont également discuté d'un programme constructif visant à l'apaisement des tensions avec la Russie et à la stabilisation de l'Ukraine. Ils ont salué l'élection de Petro Porochenko à la présidence de l'Ukraine et réaffirmé leur soutien aux réformes économiques et politiques du pays. Ils attendent de la Russie qu'elle coopère avec le président nouvellement élu de l'Ukraine et qu'elle s'attache réellement à trouver une solution politique. Ils sont prêts, si nécessaire, à intensifier les sanctions à l'égard de la Russie.

Ils ont également dénoncé le simulacre d'élection présidentielle du 3 juin en Syrie et se sont penchés sur la situation en mer de Chine orientale et méridionale, en Iran, en Libye, au Mali et en République centrafricaine, ainsi que sur d'autres questions de politique étrangère.

Les dirigeants du G7 ont également adopté une déclaration sur la non-prolifération et le désarmement pour 2014:

Économie mondiale, énergie et climat, développement: les défis à relever

Le matin du deuxième jour, les dirigeants du G7 ont commencé par discuter de la croissance mondiale et des moyens de s'attaquer au chômage élevé. Les dirigeants se sont également penchés sur les questions liées au commerce, y compris les négociations actives et ambitieuses qui sont en cours entre membres du G7.

La deuxième séance de travail a porté sur le changement climatique et la sécurité énergétique, l'accent étant mis sur la diversification des voies et des sources d'approvisionnement. Le sommet a approuvé les principes et actions de l'initiative sur l'énergie du G7 de Rome. Les citoyens et les entreprises pourront ainsi bénéficier d'une énergie plus propre, plus sûre et mieux sécurisée que par le passé. Cette question est également liée à celle du changement climatique.

Le président Barroso a déclaré: "Moins nous dépendrons des combustibles fossiles, qui se trouvent parfois dans des régions du monde problématiques, et plus nous nous appuierons sur des ressources renouvelables ou locales, meilleure sera la sécurité de notre approvisionnement énergétique."

Les dirigeants ont réaffirmé leur détermination à limiter les effets du réchauffement planétaire et exprimé leur ferme volonté de voir adopter un accord mondial sur le climat en 2015.

Enfin, le déjeuner du jeudi a été consacré aux questions liées au développement et à la mise en place d'un cadre international pour l'après 2015.

Le sommet a également donné aux dirigeants du G7 l'occasion de se pencher sur un certain nombre de questions bilatérales et de tenir leurs briefings nationaux.

L'Union européenne est membre à part entière du G7/G8 (et du G 20) et elle est représentée conjointement par le président du Conseil européen et le président de la Commission européenne.

C'est la première fois que l'UE accueillait un sommet du G7/G8 - et la première fois que le sommet se tenait à Bruxelles au Conseil de l'Union européenne - bâtiment Justus Lipsius.

Contexte

Voilà plus de quinze ans qu'a eu lieu le dernier sommet ordinaire du G7 et c'est la première fois qu'un sommet du G7 se déroule à Bruxelles et est accueilli par l'Union européenne.

Initialement, un sommet du G8, présidé par la Russie, devait se tenir au début du mois de juin à Sotchi, en Russie. En raison de la violation par la Fédération de Russie de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine, les dirigeants du G7 ont décidé, lors d'une réunion qui s'est tenue le 24 mars 2014 à La Haye, de se réunir plutôt en G7 à Bruxelles, les 4 et 5 juin 2014.

L'UE, membre du G7/G8

La première participation de représentants de ce qui était alors la Communauté européenne remonte à 1977, au sommet de Londres. Le premier sommet du G7 s'était tenu deux ans auparavant, en 1975, à Rambouillet, en France. À l'origine, le rôle de l'UE se limitait à ses domaines de compétence exclusive, mais ce rôle a pris de l'importance au fil du temps. La Commission européenne a été progressivement intégrée à tous les débats politiques à l'ordre du jour du sommet et, depuis le sommet d'Ottawa (1981), elle participe à toutes les séances de travail du sommet. Le président de la Commission, M. Barroso, qui a assisté pour la première fois à un sommet du G8 à Gleneagles en 2005, en est à sa dixième participation. Le président du Conseil européen, M. Van Rompuy, assiste aux sommets du G8/G7 depuis l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne (2009).

La Commission et le Conseil européen assument toutes les responsabilités d'un membre. Le communiqué du sommet est politiquement contraignant pour tous les membres du G7.

La rotation de la présidence est la suivante: Allemagne en 2015, Japon en 2016, Italie en 2017, Canada en 2018, France en 2019 et États-Unis en 2020.

Revu pour la dernière fois le 14/11/2014