Réunion des chefs d'État ou de gouvernement de l'UE avec la Turquie, 07/03/2016

Sommet international
  • Sommet international
  • 07/03/2016
  • Bruxelles
  • Répertoire photo 

Le 7 mars 2016, les chefs d'État ou de gouvernement de l'UE ont tenu une réunion avec la Turquie afin de renforcer leur coopération en ce qui concerne la crise des migrants et des réfugiés. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a présidé la réunion. Le Premier ministre Ahmet Davutoğlu représentait la Turquie.

La réunion a été suivie d'une rencontre informelle des membres du Conseil européen.

Les dirigeants de l'UE ont débattu de la mise en œuvre du plan d'action commun UE-Turquie.  Même si l'on peut faire état de progrès satisfaisants pour un certain nombre de mesures, le nombre d'entrées illégales en Grèce depuis la Turquie reste beaucoup trop élevé. Les dirigeants de l'UE sont convenus avec le Premier ministre Davutoğlu d'intensifier leur coopération afin d'obtenir des résultats concrets sur le terrain.

"Toutes les décisions susmentionnées envoient un message très clair indiquant que le temps des flux migratoires irréguliers vers l'Europe est à présent révolu."

Donald Tusk, président du Conseil européen

Ils se sont félicités de l'engagement pris par la Turquie d'accepter le retour rapide de tous les migrants n'ayant pas besoin d'une protection internationale qui partent de la Turquie pour gagner la Grèce. Ils attendent par ailleurs avec impatience la mise en œuvre de l'action de l'OTAN en mer Égée, en vue de mettre un terme aux traversées de migrants.

Quelques nouvelles propositions innovantes visant à remédier à la crise migratoire ont également été examinées au cours de la réunion. Le président Tusk s'est vu confier la tâche de les élaborer plus en détail avant la prochaine réunion du Conseil européen. 

Ces propositions comprennent notamment:

  • le renvoi de tous les nouveaux migrants en situation irrégulière qui partent de la Turquie pour gagner les îles grecques;
  • l'accélération de la mise en œuvre de la feuille de route relative à la libéralisation du régime des visas;
  • la décision d'accélérer le versement du montant de trois milliards d'euros et de décider de la mise en place d'un financement supplémentaire pour la facilité en faveur des réfugiés syriens;
  • la préparation de la décision relative à l'ouverture de nouveaux chapitres dans le cadre des négociations d'adhésion;
  • l'examen de la possibilité de créer des zones humanitaires sûres en Syrie;
  • la décision de procéder à la réinstallation, pour chaque Syrien réadmis par la Turquie au départ des îles grecques, d'un autre Syrien de la Turquie vers l'UE.

"Le mécanisme de retour susmentionné [...] devrait permettre de démanteler progressivement le modèle économique des trafiquants d'êtres humains", a déclaré le président Tusk.

Les dirigeants de l'UE ont également examiné avec le Premier ministre Davutoğlu la situation des médias en Turquie et l'importance de la liberté de parole et d'expression.

Réunion informelle du Conseil européen

Après leur déjeuner avec le Premier ministre Davutoğlu, les dirigeants de l'UE ont repris leur réunion à 28 et sont convenus de ce qui suit:

  • revenir à une application intégrale du code frontières Schengen, en vue de mettre un terme aux flux irréguliers de migrants le long de la route des Balkans occidentaux;
  • renforcer l'aide humanitaire apportée aux réfugiés en Grèce;
  • aider la Grèce à gérer ses frontières extérieures.

Contexte

La réunion s'inscrivait dans le prolongement du sommet tenu avec la Turquie en novembre 2015, au cours duquel:

  • une déclaration commune avait été adoptée afin de redynamiser la relation entre l'UE et la Turquie;
  • un plan d'action commun ambitieux avait été lancé en vue de faire face à la crise migratoire. 

Malgré les progrès réalisés dans la mise en œuvre du plan d'action UE-Turquie, le nombre d'entrées illégales depuis la Turquie restait trop important et devait être réduit de manière conséquente. Lors du Conseil européen des 18 et 19 février 2016, les dirigeants ont décidé d'organiser une réunion spéciale avec la Turquie afin de renforcer leur coopération en ce qui concerne la crise migratoire.

En vue de cette réunion, le président Donald Tusk s'est rendu, entre le 1er et le 4 mars, dans les principaux pays situés sur la route des Balkans occidentaux et a eu un entretien téléphonique avec M. Jens Stoltenberg au sujet de l'avancement de la coopération entre l'OTAN et Frontex en mer Égée. Il a en outre rencontré le Premier ministre Ahmet Davutoğlu et le président Recep Tayyip Erdoğan en Turquie.

carte interactive de la crise migratoire
Cliquer sur l'image pour accéder à la carte interactive (disponible en anglais et en français uniquement)

Crise migratoire - chronologie

La chronologie retrace les principales mesures prises par l'UE, avec les États membres, au cours de ces derniers mois, pour faire face aux défis liés aux migrations.

Voir également sur notre site web la page relative à la politique en la matière:

Revu pour la dernière fois le 08/03/2016