Budget de l'UE pour 2018

Le 21 février 2017, le Conseil "Affaires économiques et financières" a fixé ses priorités pour le budget 2018 de l'UE, en demandant un budget réaliste qui trouve un juste équilibre entre assainissement budgétaire et nouveaux investissements propices à la croissance et à l'emploi.

Les ministres ont demandé que le budget 2018 prévoie des ressources suffisantes pour continuer à soutenir les priorités traditionnelles et celles qui évoluent au sein de l'UE, à savoir contribuer à la reprise économique, répondre aux défis humanitaires et sécuritaires et honorer les engagements pris.

Le 12 juillet 2017, les ambassadeurs de l'UE se sont mis d'accord sur la position du Conseil concernant le projet de budget de l'UE 2018, dans la perspective des négociations avec le Parlement européen qui commenceront en octobre.

Dans sa position, le Conseil se prononce pour un budget 2018 d'un montant de 158,9 milliards € en engagements et de 144,4 milliards € en paiements, en hausse respectivement de 0,6 % et de 7,4 % par rapport au budget de l'UE pour 2017. Le montant des paiements augmente considérablement car la mise en œuvre des programmes pour la période 2014-2020 devrait atteindre sa vitesse de croisière après la période de démarrage initiale. Dans sa position, le Conseil met fortement l'accent sur les mesures visant à stimuler l'emploi et la croissance, à renforcer la sécurité et à s'attaquer au problème des migrations. Il conserve également des marges suffisantes au titre du cadre financier pluriannuel de l'UE 2014-2020 au cas où des besoins imprévus surgiraient.

Le Conseil a formellement adopté sa position le 4 septembre 2017. Le Conseil insiste sur le fait que le budget de l'UE pour 2018 devrait porter principalement sur la croissance, les emplois, la sécurité et la réponse à apporter aux questions liées aux migrations, mais il souhaite également conserver une marge financière suffisante pour faire face à des besoins imprévus.

Prochaines étapes

Si d'ici le 26 octobre, le Parlement adopte des amendements à la position du Conseil, une période de conciliation de trois semaines débutera le 31 octobre 2017. Ce processus de conciliation vise à dégager, d'ici au 20 novembre 2017, une position commune des deux institutions sur le budget de l'année prochaine.