Stratégie de l'UE visant à lutter contre le terrorisme

En 2005, le Conseil a adopté la stratégie de l'UE visant à lutter contre le terrorisme en vue de combattre le terrorisme à l'échelle mondiale et de rendre l'Europe plus sûre.

Cette stratégie s'appuie sur quatre piliers:

  • la prévention
  • la protection
  • la poursuite
  • la réaction

Dans ces quatre domaines, la stratégie reconnaît l'importance de la coopération avec les pays tiers et les institutions internationales.

Prévention

L'une des priorités essentielles pour l'UE est de s'attaquer aux causes de la radicalisation et au recrutement de terroristes. À cette fin, le Conseil a adopté en 2008 une stratégie de l'UE visant à lutter contre la radicalisation et le recrutement de terroristes.

Cette stratégie a été révisée en juin 2014, eu égard aux nouvelles tendances qui se dessinent dans ce domaine, telles que les acteurs solitaires, les combattants étrangers et l'utilisation des médias sociaux par les terroristes.

En décembre 2014, le Conseil a adopté des lignes directrices relatives à la mise en œuvre de la stratégie révisée par les États membres.

Protection

La deuxième priorité de la stratégie de l'UE visant à lutter contre le terrorisme est de protéger les citoyens et les infrastructures et de réduire leur vulnérabilité aux attentats.

Cela comprend la protection des frontières extérieures, le renforcement de la sécurité dans les transports, la protection des cibles stratégiques et la réduction de la vulnérabilité des infrastructures critiques.

Dans ce domaine, l'UE a adopté en avril 2016 une directive régissant l'utilisation des données des dossiers passagers (PNR). Les États membres devront se conformer aux nouvelles règles dans un délai de deux ans.

Poursuite

L'UE s'emploie à entraver la capacité des terroristes de planifier et d'organiser leurs actions et à traduire ces terroristes en justice.

Pour y parvenir, elle a ciblé son action sur les points suivants:

  • renforcer les capacités nationales
  • intensifier la coopération et l'échange d'informations entre les services de police et les autorités judiciaires
  • s'attaquer au financement du terrorisme
  • priver les terroristes de leurs moyens d'appui et de communication

En mai 2015, le Conseil et le Parlement européen ont adopté de nouvelles règles visant à prévenir le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

Réaction

Le quatrième objectif de la stratégie de l'UE vise à se préparer aux conséquences d’un attentat terroriste, à gérer ces conséquences et à les réduire le plus possible.

Pour ce faire, il y a lieu d'améliorer les capacités à gérer les suites de l'attentat, la coordination de la réaction et les besoins des victimes.

Ce domaine comprend les priorités suivantes:

  • mettre au point, au niveau de l'UE, des mesures de coordination en cas de crise
  • réviser le mécanisme de protection civile de l'UE
  • développer des outils d'analyse des risques
  • échanger les meilleures pratiques en matière d'assistance aux victimes du terrorisme

Les priorités de ces dernières années comprenaient notamment:

  • la définition des modalités de mise en œuvre par l'UE de la clause de solidarité, par décision du Conseil adoptée en juin 2014
  • la révision du dispositif de coordination de l'UE dans les situations d'urgence et de crise, remplacé par le dispositif intégré de l'UE pour une réaction au niveau politique dans les situations de crise (IPCR) en juin 2013
  • le réexamen de la législation de l'UE sur la protection civile fin 2013

le dialogue avec les partenaires à l'échelon international

La stratégie de l'UE contre le terrorisme doit se déployer à l'échelle mondiale, dans la mesure où la sécurité de l'Union européenne étant étroitement liée à la situation dans d'autres pays, notamment dans les États voisins.

En juin 2014, le Conseil européen a prôné une politique efficace de lutte contre le terrorisme, qui intègre les aspects intérieurs et extérieurs. En février 2015, les dirigeants de l'UE ont insisté sur la nécessité pour l'UE de dialoguer davantage avec les pays tiers sur les questions de sécurité et de lutte contre le terrorisme.

La lutte contre le terrorisme est présente sous diverses formes dans les relations entre l'UE et les pays tiers:

  • réunions de dialogue politique à haut niveau
  • adoption de clauses et d'accords de coopération ou projets d'aide
  • et de renforcement des capacités spécifiques avec des pays stratégiques

L'UE coopère dans le domaine de la lutte contre le terrorisme avec:

  • les Balkans occidentaux
  • l'Afrique (Sahel, Afrique du Nord, Corne de l'Afrique)
  • le Moyen-Orient
  • l'Amérique du Nord
  • l'Asie

La coopération avec les États-Unis est un élément essentiel de la stratégie de l'UE. Au cours des dernières années, des accords de coopération ont été conclus avec ce pays dans des domaines tels que le financement du terrorisme, les transports et les frontières, l'entraide judiciaire et l'extradition. Par ailleurs, les autorités américaines coopèrent de plus en plus étroitement avec Europol et Eurojust.

L'UE collabore aussi étroitement avec d'autres organisations internationales et régionales en vue de construire un consensus international et de promouvoir l'adoption de normes internationales en matière de lutte contre le terrorisme.

Elle coopère avec les Nations unies et le Forum mondial de lutte contre le terrorisme et, entre autres, avec des organisations régionales telles que le Conseil de l'Europe, l'OSCE, la ligue des États arabes et l'Organisation de la coopération islamique.

Dans le cadre de sa coopération avec les Nations unies, et dans le prolongement de plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, l'UE a adopté des mesures restrictives à l'encontre de personnes ou entités associées au réseau Al-Qaïda.