Intervention du président Donald Tusk avant le sommet de la zone euro du 22 juin 2015

Sommet de la zone euro
  • 22/06/2015
  • 19:00
  • Déclaration et observations
  • 494/15
  • Zone euro
  • Économie et finances
22/06/2015
Contacts avec la presse

Preben Aamann
Porte-parole du président du Conseil européen
+32 22815150
+32 476850543

J'ai convoqué cette réunion car le temps presse non seulement pour la Grèce, mais aussi pour nous tous. Nous n'avons qu'une semaine avant l'expiration du programme en cours en faveur de la Grèce, ce qui signifie qu'il faut mettre un terme à la stratégie consistant à attendre de voir comment les choses vont évoluer.

Il m'appartient de faire en sorte que nous mettions tout en œuvre pour résoudre ce problème. Mais il m'appartient également de faire en sorte que nous respections tous les contribuables de chaque pays. Car s'ils n'avaient pas porté le fardeau de l'austérité, ils n'auraient pas été en mesure d'aider la Grèce aujourd'hui. C'est aussi la raison pour laquelle toutes les parties aux négociations doivent faire preuve de respect mutuel. Se renvoyer la balle ne mène nulle part, j'en suis intimement convaincu.

Je veux ce soir que nous jouions cartes sur table. Cela ne veut pas dire que je veux que nous négocions les détails techniques; je veux en revanche qu'il soit mis un terme aux jeux politiques. Je puis dire que depuis que j'ai convoqué cette réunion informelle, un certain nombre de choses prometteuses ont eu lieu, dont les discussions et les réunions qui se sont tenues ce jour. Et les dernières propositions présentées par la Grèce sont les premières vraies propositions depuis plusieurs semaines, même si elles doivent encore être évaluées par les institutions et approfondies.

Mais la chose la plus importante, c'est que le dirigeants assument la pleine responsabilité du processus politique permettant d'éviter le scénario du pire que serait un "Graccident" chaotique et incontrôlable. Je vous remercie.