Déclaration de la Haute représentante, au nom de l'UE, concernant la situation politique en République du Congo après les élections présidentielles

Conseil de l'UE
  • 07/04/2016
  • 14:05
  • Communiqué de presse
  • 170/16
  • Affaires étrangères et relations internationales
07/04/2016
Contacts avec la presse

Catherine Ray
Porte-parole principale du SEAE
+32 22969921
+32 498969921

Maja Kocijančič
Porte-parole du SEAE
+32 22986570
+32 498984425

Le 4 avril la Cour constitutionnelle a confirmé le résultat de l'élection présidentielle au Congo. 

La participation en nombre des candidats de l'opposition et des électeurs témoigne de l'aspiration démocratique du peuple congolais, malgré les sérieuses insuffisances de la gouvernance électorale déjà soulignées dans la déclaration du 19 février de l'Union européenne. Le processus post-électoral a été marqué par des atteintes aux droits de l'homme, arrestations et intimidations de l'opposition et des médias. Ceci met en question la crédibilité des résultats. 

Les évènements violents qui ont lieu à Brazzaville le 4 avril comportent des risques pour la stabilité du Congo. L'UE appelle toutes les parties prenantes à faire preuve de retenue et de s'abstenir de tout acte de violence et de manipulation. 

Le débat démocratique et le respect des libertés publiques sont le meilleur gage pour la stabilité et le développement du pays. En vue des prochaines élections législatives, le gouvernement du Congo et toutes les parties prenantes doivent assurer le respect des libertés fondamentales et s'engager afin qu'un scrutin transparent qui reflète la volonté du peuple puisse avoir effectivement lieu. Dans ce contexte, L'UE réaffirme sa disponibilité à continuer son dialogue avec le Congo.

L'ancienne République yougoslave de Macédoine* et le Monténégro*, pays candidats, la Bosnie-Herzégovine, pays du processus de stabilisation et d'association et candidat potentiel, et l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège, pays de l'AELE membres de l'Espace économique européen, ainsi que la République de Moldavie se rallient à la présente déclaration.

* - L'ancienne République yougoslave de Macédoine et le Monténégro continuent à participer au processus de stabilisation et d'association.