Déclaration de la haute représentante, Mme Federica Mogherini, au nom de l'Union européenne, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale

Conseil de l'UE
  • 21/03/2017
  • 09:25
  • Communiqué de presse
  • 142/17
  • Affaires étrangères et relations internationales
21/03/2017
Contacts avec la presse

Maja Kocijančič
Porte-parole du SEAE
+32 22986570
+32 498984425

La Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale est là pour nous rappeler que, partout dans le monde, des hommes, des femmes et des enfants continuent à être victimes de discrimination en raison de la couleur de leur peau, de leur race, de leur ascendance, de leur caste, de leur religion et de leurs origines ethniques ou de leur nationalité. Ils sont privés de leurs droits les plus fondamentaux et sont, plus que les autres, touchés par la pauvreté et les inégalités.

Loin d'appartenir au passé, les discours de haine et autres manifestations de racisme, de discrimination raciale et de xénophobie sont en recrudescence. L'égalité, la liberté, la solidarité et la justice en pâtissent partout dans le monde.

L'UE reste fidèle à son engagement en faveur de la lutte contre toutes les formes de discrimination raciale, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de ses frontières. Nous travaillons avec les États membres, la société civile et les partenaires internationaux à des actions qui peuvent faire la différence: ainsi, nous avons conclu un accord avec les géants de l'informatique pour agir contre les discours de haine propagés sur Internet. Nous avons créé des plateformes comme le groupe de haut niveau de l'UE chargé de la lutte contre le racisme, la xénophobie et les autres formes d'intolérance. Nous encourageons l'échange de meilleures pratiques. Nous travaillons à améliorer la compréhension entre communautés et nous tentons de répondre aux préoccupations des groupes concernés, notamment les communautés juives et musulmanes. Nous nous employons à mieux intégrer les migrants et à améliorer la qualité de l'éducation. Tant au niveau de l'UE elle-même qu'avec nos pays partenaires, nous nous efforçons de prévenir et de combattre le racisme, la discrimination raciale et la xénophobie.

Sur la scène mondiale, nous demeurons également d'ardents partisans de la convention des Nations unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale. Nous travaillons sans relâche à la mise en œuvre universelle de la déclaration de Durban et du programme d'action de 2001 de la conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui y est associée. Par notre engagement en faveur de la décennie des personnes d'ascendance africaine, nous faisons également en sorte d'attirer l'attention sur la discrimination dont sont victimes les personnes d'origine africaine partout dans le monde.

L'élimination de la discrimination est un défi planétaire que la communauté internationale, les organisations internationales et la société civile doivent relever ensemble. La protection, la défense et la promotion des droits de l'homme – nos droits – est l'affaire de tous. Nul ne sera respecté si nous ne sommes pas tous respectés en tant qu'êtres humains, dans notre richesse culturelle et notre diversité.

La Turquie, l'ancienne République yougoslave de Macédoine*, le Monténégro*, la Serbie* et l'Albanie*, pays candidats, la Bosnie-Herzégovine, pays du processus de stabilisation et d'association et candidat potentiel, l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège, pays de l'AELE membres de l'Espace économique européen, ainsi que l'Ukraine, la République de Moldavie et la Géorgie se rallient à la présente déclaration.

*L'ancienne République yougoslave de Macédoine, le Monténégro, la Serbie et l'Albanie continuent à participer au processus de stabilisation et d'association.