Conseil européen
Conseil de l'Union européenne

Intervention du président Donald Tusk avant le sommet du G7 à Taormine, Italie

Conseil européen
  • 26/05/2017
  • 11:15
  • Déclaration et observations
  • 301/17
  • Affaires intérieures
  • Affaires étrangères et relations internationales
26/05/2017
Contacts avec la presse

Preben Aamann
Porte-parole du président du Conseil européen
+32 22815150
+32 476850543

Nous somme réunis ici à Taormine, dans le cadre du G7, pour aborder les questions mondiales les plus urgentes. Il ne fait aucun doute que ce sommet du G7 sera le plus difficile de ces dernières années. Nul n'ignore que les dirigeants réunis aujourd'hui ont parfois des positions très différentes sur des sujets tels que le changement climatique et le commerce. Mais le rôle de l'UE est de tout faire pour préserver l'unité du G7 sur tous les fronts.

Cette unité doit avant tout être maintenue pour défendre un ordre international fondé sur des règles. Chaque jour, nous sommes confrontés à des problèmes stratégiques mondiaux qui constituent une menace pour la paix et la sécurité en Europe, en Asie et au Proche-Orient. Ces problèmes vont de la guerre en Syrie et de l'agression de la Russie contre l'Ukraine aux essais nucléaires et de missiles balistiques en Corée du Nord, en passant par l'aménagement de terres nouvelles gagnées sur la mer et la militarisation en mer de Chine méridionale. Si notre groupe n'est pas suffisamment déterminé et uni, la situation dans le monde peut véritablement devenir incontrôlable.

J'attends du G7 qu'il fasse preuve d'unité en ce qui concerne le conflit en Ukraine. Nous soutenons pleinement l'indépendance, l'intégrité territoriale et la souveraineté de ce pays. Une solution ne pourra être trouvée à ce conflit que si les accords de Minsk sont intégralement mis en œuvre. Depuis le dernier sommet du G7 au Japon, nous n'avons rien observé qui puisse justifier une évolution de notre politique de sanctions à l'égard de la Russie. Par conséquent, je demanderai aux autres dirigeants du G7 de confirmer une nouvelle fois cette politique.

Le G7 devrait également rester uni pour mettre fin à la violence en Syrie. Nous devrions être prêts à redoubler d'efforts pour vaincre le terrorisme en Syrie et à trouver un accord politique. Une responsabilité particulière repose sur les épaules de ceux qui, comme l'Iran et la Russie, sont intervenus dans la crise et coopèrent avec le régime de Bachar Al-Assad. Plutôt que de perdre du temps, ils devraient user de leur influence pour appliquer un véritable cessez-le-feu, mettre un terme à l'utilisation des armes chimiques et garantir un accès humanitaire sécurisé et immédiat à toutes les personnes qui sont dans le besoin.

Enfin, permettez-moi d'ajouter que l'unité du G7 est aussi nécessaire pour la gestion de la crise migratoire. C'est un défi mondial, mais ici, en Sicile, il s'agit également d'un problème local concret. L'objectif de l'UE est de maintenir le niveau de coopération internationale au moins à son niveau actuel en vue de résoudre cette crise. Y parviendrons-nous? La question reste ouverte. Je vous remercie.