Intervention du président Donald Tusk au sujet des réunions du Conseil européen du 22 juin 2017

Conseil européen
  • 22/06/2017
  • 18:10
  • Déclaration et observations
  • 408/17
  • Brexit
  • Sécurité et défense
  • Affaires étrangères et relations internationales
  • Environnement
22/06/2017
Contacts avec la presse

Preben Aamann
Porte-parole du président du Conseil européen
+32 22815150
+32 476850543

En premier lieu, les dirigeants ont discuté du terrorisme, qui constitue toujours une menace majeure. Nous sommes fermement déterminés à protéger notre population. À cette fin, nous sommes convenus, au sein du Conseil, d'approfondir nos efforts contre le phénomène des combattants terroristes étrangers. Nous souhaitons que les travaux sur les nouveaux systèmes de partage d'informations concernant les frontières soient finalisés cette année. Le Conseil européen est également convenu de la nécessité de coopérer étroitement avec le secteur des services en ligne. Nous appelons les entreprises du secteur des médias sociaux à faire le nécessaire pour empêcher la diffusion de contenus à caractère terroriste sur la toile. Dans la pratique, cela suppose d'élaborer de nouveaux outils qui détecteront et supprimeront automatiquement ce type de contenus. En outre, si cela s'avère nécessaire, nous sommes également prêts à adopter des dispositions législatives en conséquence.

En deuxième lieu, les dirigeants sont convenus de la nécessité de mettre en place une coopération européenne permanente dans le domaine de la défense. Il s'agit là d'une étape historique car une telle coopération permettra à l'UE d'aller vers une intégration plus poussée matière de défense. Nous aspirons à ce que cette coopération soit ambitieuse et inclusive; chaque pays de l'UE est donc invité à y participer. D'ici trois mois, les États membres conviendront d'une liste commune de critères et d'engagements, ainsi que de projets capacitaires concrets, afin que cette coopération voie le jour.

Plus tard dans la soirée, nous ferons le point sur la situation géopolitique de l'Europe. Je ferai part aux dirigeants de mon analyse à la suite des récentes réunions internationales, notamment de mes rencontres avec les présidents Trump et Erdoğan ainsi que du sommet du G7 et du sommet UE-Chine. Je proposerai également aux dirigeants que nous adressions un signal clair au sujet de l'accord de Paris sur le changement climatique. Conformément à la tradition, la chancelière allemande et le président français rendront compte de la situation en Ukraine et de l'état d'avancement actuel de la mise en œuvre des accords de Minsk. Cela devrait nous amener à prolonger les sanctions économiques à l'encontre de la Russie pour une durée supplémentaire de six mois.

Enfin, la Première ministre May nous informera de ses intentions à propos du retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne. Il faut être clair sur le fait que le Conseil européen ne saurait constituer une enceinte pour les négociations liées au Brexit; nous avons des négociateurs pour cela et les dirigeants se contenteront donc de prendre note de ces intentions. Mon objectif pour ce soir est que les 27 dirigeants de l'UE approuvent la procédure pour le choix du nouveau site d'implantation de chacune des deux agences dont le siège se situe actuellement au Royaume-Uni, à savoir l'Autorité bancaire européenne et l'Agence européenne des médicaments. Je vous remercie.