Intervention du président Donald Tusk à l'issue des réunions du Conseil européen des 22 et 23 juin 2017

Conseil européen
  • 23/06/2017
  • 15:30
  • Déclaration et observations
  • 409/17
  • Brexit
  • Commerce international et douane
  • Affaires intérieures
  • Emploi
  • Économie et finances
23/06/2017
Contacts avec la presse

Preben Aamann
Porte-parole du président du Conseil européen
+32 22815150
+32 476850543

Hier soir, les dirigeants ont pris trois décisions importantes. En premier lieu, nous sommes convenus de prolonger les sanctions contre la Russie pour une durée supplémentaire de six mois. Ensuite, l'Europe continuera de travailler à la mise en œuvre de l'accord de Paris sur le changement climatique, en coopération avec ses partenaires internationaux. Enfin, les dirigeants de l'UE à 27 se sont mis d'accord sur la procédure relative à la relocalisation des deux agences de l'UE établies au Royaume-Uni. Les ministres pourront ainsi prendre une décision finale à la suite d'un vote qui se tiendra en novembre. L'accord intervenu rapidement sur cette question confirme à nouveau notre unité et notre détermination à réduire l'incertitude causée par le Brexit.

Par ailleurs, la Première ministre Theresa May nous a informés qu'elle présentera, lundi, sa proposition concernant les droits des citoyens de l'UE vivant au Royaume-Uni. Les droits des citoyens constituent la priorité absolue de l'UE à 27, et nous avons indiqué clairement quelle est notre position à cet égard. Nous voulons assurer la plénitude de leurs droits aux citoyens de l'UE et du Royaume-Uni après le Brexit. Ma première impression est que l'offre du Royaume-Uni est en deçà de nos attentes et qu'elle risque d'aggraver la situation pour les citoyens. Mais c'est à notre équipe de négociation qu'il reviendra d'analyser l'offre ligne par ligne, une fois que nous l'aurons reçue par écrit.

En fait, la question du Brexit n'a guère pris de temps lors de ce Conseil européen. Nous avons consacré la majeure partie de nos travaux aux réponses à apporter aux préoccupations des citoyens en ce qui concerne la sécurité, la migration illégale et la mondialisation non maîtrisée.

Ce matin, nous nous sommes entretenus avec le président de la BCE, Mario Draghi, qui a confirmé que la situation s'améliore dans l'UE. Le projet européen suscite un espoir renouvelé, qui a un effet positif sur notre économie. Cette confiance se traduit par une croissance forte, une hausse de la consommation, un accroissement des investissements et, surtout, une augmentation du nombre d’emplois. En fait, le nombre d'emplois n'a jamais été aussi élevé qu'aujourd'hui. Je tenais à partager avec vous cette analyse optimiste du président Draghi, car c'est la première fois depuis de nombreuses années que nous entendons d'aussi bonnes nouvelles.

Les dirigeants ont aussi eu un long débat sur le commerce et l'équilibre à trouver entre ouverture et protection. L'Europe est et restera ouverte aux activités commerciales. Nous nous sommes néanmoins accordés sur le fait qu'elle doit mieux protéger ses citoyens contre les pratiques commerciales déloyales, par exemple en instaurant une plus grande réciprocité. Nous sommes convenus que la Commission analysera les investissements réalisés par des pays tiers dans des secteurs stratégiques.

Aujourd'hui, les dirigeants ont débattu de la Libye et de la route de la Méditerranée centrale, où la situation demeure critique du point de vue des arrivées irrégulières de migrants. S'il est vrai qu'un grand nombre des mesures que nous prenons vont dans la bonne direction, il n'y a qu'un seul résultat qui compte réellement à nos yeux: mettre un terme définitif à cette situation tragique. Les dirigeants sont convenus que chacun redoublera d'efforts dans les semaines à venir afin de mieux coordonner notre action et de soutenir davantage l'Italie.

Enfin, je tiens tout particulièrement à remercier Joseph Muscat et son équipe, qui ont assuré une présidence maltaise très efficace. Joseph, j'apprécie sincèrement le travail acharné que vous avez fourni. Ce n'est pas une formule toute faite: certes, il est de coutume d'échanger ce type de propos mais, crois-moi, cela a été l'une des meilleures expériences de ma vie professionnelle. Je te remercie pour l'aide que vous avez apportée à la préparation des négociations sur le Brexit et pour avoir fait avancer les choses sur la question de la sécurité intérieure et des migrations, ainsi qu'en ce qui concerne la supervision de la fin définitive des frais d'itinérance. Vraiment, Joseph, vous méritez toutes les félicitations que vous recevez à juste titre. Merci!