Nous recourons aux cookies (ou témoins de connexion) afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible sur notre site web. Découvrez comment nous utilisons les cookies et comment vous pouvez modifier vos paramètres.

Examen de questions agricoles par le Conseil

Réunis à Bruxelles le 19 mai, les ministres de l'agriculture ont examiné un rapport sur les utilisations mineures de produits phytopharmaceutiques. Ils ont également cherché d'éventuelles solutions au problème du gaspillage alimentaire.

Utilisations mineures de produits phytopharmaceutiques

Les ministres réunis au sein du Conseil "Agriculture" ont procédé à un échange de vues sur les utilisations mineures de produits phytopharmaceutiques. Le terme "utilisation mineures" désigne des domaines dans lesquels les entreprises reçoivent peu d'incitations financières pour élaborer des produits phytopharmaceutiques et/ou déposer des demandes d'autorisation pour ces produits. Les problèmes portent généralement sur la présence de nuisibles dans des cultures mineures mais il peut aussi s'agir d'un problème mineur lié à la présence de nuisibles dans des cultures majeures. Les ministres ont apporté leur soutien à la création d'un Fonds européen en vue de répondre au problème des utilisations mineures. Le Fonds, suggéré par la Commission dans un récent rapport sur les produits phytopharmaceutiques, contribuerait à la mise au point d'outils supplémentaires permettant de lutter contre les maladies dont sont victimes les cultures mineures.

Gaspillage alimentaire

Les ministres se sont penchés sur la question des pertes et gaspillages alimentaires et ont débattu de certaines solutions envisageables face à ce problème. Une des suggestions examinées consistait à exempter davantage de produits de l'obligation d'indiquer une date de consommation recommandée. Certains produits ayant une longue durée de conservation et préservant leur qualité plus longtemps peuvent encore être consommés sans danger après dépassement de la date de consommation recommandée indiquée. Certaines denrées alimentaires telles que le vin, le sel de cuisine, le sucre solide et certains produits de confiserie sont déjà exemptés de ces règles.

Autres points à l'ordre du jour

Au cours de leur réunion, les ministres ont également examiné les points suivants:

  • la nécessité ou non de revoir les règles en vigueur concernant le bien-être des animaux pendant le transport
  • une demande visant à ce que les ministres de l'agriculture participent eux aussi aux discussions du Conseil sur le cadre pour le climat et l'énergie à l'horizon 2030
  • une demande en vue de mesures renforcées concernant l'importation d'agrumes en provenance d'Afrique du Sud afin d'empêcher l'introduction de la maladie des taches noires dans l'UE
  • les difficultés liées au projet de lignes directrices concernant les aides d'État pour la période 2014-2020 dans le secteur agricole et sylvicole et en zone rurale

Le Conseil a en outre adopté des conclusions saluant la nouvelle stratégie de l'UE pour les forêts.

Vidéo à la une

Aidez-nous à améliorer ce site

Avez-vous trouvé l'information recherchée ?

Oui    Non


Que cherchiez-vous ?

Avez-vous des suggestions ?