Nous recourons aux cookies (ou témoins de connexion) afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible sur notre site web. Découvrez comment nous utilisons les cookies et comment vous pouvez modifier vos paramètres.

Le Conseil lève certaines sanctions prises par l'UE à l'encontre de l'Iran

Après avoir reçu confirmation que l'Iran respectait les mesures liées au nucléaire figurant dans le plan d'action conjoint adopté d'un commun accord, les ministres réunis le 20 janvier au sein du Conseil des affaires étrangères ont suspendu certaines mesures restrictives prises par l'UE à l'encontre de l'Iran.

Le plan d'action, approuvé le 24 novembre 2013 par l'UE+3 (Chine, France, Allemagne, Russie, Royaume-Uni et États-Unis) et l'Iran, énonce une série de mesures visant à répondre aux préoccupations que suscite le programme nucléaire iranien au plan international. Comme première étape, il exige que les deux parties mettent en œuvre une série de mesures volontaires pendant six mois. L'Iran s'est engagé à répondre aux préoccupations les plus pressantes concernant ses activités nucléaires, notamment en suspendant l'enrichissement de matières nucléaires au-delà de 5 %, en gelant sa capacité d'enrichissement, en réduisant considérablement ses stocks d'uranium enrichi et en permettant aux inspecteurs nucléaires internationaux à avoir plus facilement accès à ses principaux sites nucléaires.

L'Agence internationale de l'énergie atomique a confirmé durant la session du Conseil que l'Iran avait commencé à mettre ces mesures en application. Le Conseil a donc suspendu les sanctions prises par l'UE contre l'Iran pour le pétrole brut, les produits pétrochimiques, l'or et les métaux précieux. Il sera aussi possible de fournir des services de transport et d'assurance aux pays important du pétrole iranien. La suspension aura une durée de six mois.

République centrafricaine

Dans le prolongement d'un débat consacré à la situation en République centrafricaine (RCA), les ministres ont adopté des conclusions soulignant la volonté de l'UE de soutenir la stabilisation du pays. Ils ont approuvé la mise en route d'une opération militaire de l'UE en RCA ainsi que le concept de gestion de crise correspondant à la mission. Cette dernière a pour objectif de contribuer à mettre en place un environnement plus
sûr pour la population dans la région autour de Bangui, la capitale. Elle durera six mois avant de passer le relais à la mission internationale de
soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA). Le Conseil prendra une décision sur le déploiement rapide de la mission dès que les
mesures nécessaires auront été établies.

Autres points à l'ordre du jour

Au cours du déjeuner, les ministres ont discuté des relations avec la Russie, en vue de préparer le sommet UE-Russie qui se déroulera à Bruxelles le 28 janvier.

Les ministres ont aussi fait le point sur la situation en Égypte au lendemain du référendum sur la constitution qui s'est tenu les 14 et 15 janvier. Ils sont convenus de revenir plus longuement sur ce sujet lors de la prochaine session du Conseil des affaires étrangères (10 février).

Les ministres ont eu un échange de vues et adopté des conclusions concernant:

Vidéo à la une

 

Aidez-nous à améliorer ce site

Avez-vous trouvé l'information recherchée ?

Oui    Non


Que cherchiez-vous ?

Avez-vous des suggestions ?